Lumière sur l’intrapreneur et l’intrapreneuriat

Si l’entrepreneuriat n’a déjà plus aucun secret pour ceux désirent développer et viser la croissance d’une entreprise, l’intrapreneuriat connaît de plus en plus d’ampleur également. Même s’il s’agit d’un concept qui existe depuis maintenant près de 50 ans, il a connu un grand essor ces dernières années auprès des grandes sociétés. Mais qu’est ce que c’est réellement ? Quelles sont les véritables différences entre intrapreneuriat et entrepreneuriat ? Quels sont ses avantages et inconvénients ? Faisons ensemble la lumière sur le sujet.

Définition de l’intrapreneuriat

L’intrapreneuriat vient du latin « intra », qui signifie « intérieur à » ou tout simplement « dans ». L’intrapreneuriat est donc une démarche d’entrepreneuriat qui se fait au sein d’une entreprise. L’entrepreneuriat, qui rappelons-le, est tout simplement une démarche de « preneur » d’initiative. L’intrapreneuriat trouve donc tout son sens dans chaque projet d’innovation au sein d’une société. Les intrapreneurs sont donc les « preneurs d’initiatives » au sein même d’une entreprise, et c’est un excellent moyen pour valoriser leur collaboration. 

Comme mentionné plus haut, l’intrapreneuriat a vu le jour dans les années 1970. En revanche, cette pratique n’a connu un grand succès que ces dernières années, et ne cesse actuellement de se développer. Ce concept est né d’une situation plutôt alarmante auprès des grandes sociétés en voyant leurs cadres quitter l’entreprise pour se consacrer à leur propre rêve d’entrepreneuriat. En effet, il a été remarqué qu’à un certain stade, les personnes occupant un poste à responsabilité recherchent plus que ce que la société a à leur offrir. Les remises en causes, questionnement sur la carrière, le besoin d’indépendance, mais aussi l’envie d’entreprendre et d’avoir quelque chose pour soi deviennent vite pesant au quotidien, d’où plusieurs départs qui impactent réellement la productivité, et la réussite de la société. Si l’entrepreneuriat est synonyme d’indépendance, de liberté et d’épanouissement, ce qui était totalement impossible pour les salariés avant l’adoption de l’intrapreneuriat au sein des entreprises.

L’intrapreneuriat en France

En 2018, les statistiques ont montré que 1 français sur 5 a déjà essayé d’entreprendre, c’est-à-dire de créer, ou de reprendre une entreprise. Plus de 15 millions de personnes en France, soit 30% de la population a déjà été confronté un jour ou l’autre dans une dynamique entrepreneuriale. Chez les nouveaux diplômés, un jeune sur deux affirme être intéressé par la création de sa propre entreprise. 2 sur 3 salariés en France déclarent être intéressés par une entreprise proposant des démarches entrepreneuriales à ses salariés. L’entrepreneuriat représente pour 49% des salariés, une carrière plus intéressante que celui qu’il exerce déjà. Enfin, 72% des cadres interrogés disent être totalement attirés par le monde de l’intrapreneuriat. L’intrapreneuriat est donc l’opportunité pour les entreprises de motiver leur collaborateur, de garder leurs meilleurs éléments, tout en visant l’accroissement de la société. 

Quel est le profil d’un intrapreneur ? 

À l’opposé de l’entrepreneur, l’intrapreneur doit être un salarié au sein d’une entreprise. Il s’agit d’une personne qu’on pousse à trouver de bonnes idées ou innovation, et à les proposer à ses supérieurs hiérarchiques pour validation. Le véritable défi de chaque intrapreneur est donc de trouver les idées, et de se voir confier la réalisation de ce projet. Il peut donc s’agir d’un nouveau produit à lancer, ou d’une nouvelle activité à promouvoir. Cependant, plusieurs conditions doivent être réunies pour qu’une personne soit définie en tant qu’intrapreneur : 

  • Elle doit être salariée au sein d’une société,

  • Elle doit être créative pour trouver les meilleures idées, 

  • Elle doit avoir un intérêt particulier pour l’autonomie et l’indépendance, 

  • Elle doit avoir la capacité de gérer un poste à responsabilité, mais aussi avoir les qualités d’un manager, 

  • Elle doit aussi et surtout être loyale à son entreprise. 

Il est donc clair que tous les salariés, aussi efficaces qu’ils le soient à leurs postes ne sont pas destinés à l’intrapreneuriat. 

L’intrapreneur au sein d’une entreprise

L’intrapreneur occupe un poste clé au sein d’une entreprise. Il va trouver LE projet viable, et profitable pour l’entreprise. Il va être au cœur de l’action pour motiver ses troupes et démontrer un grand esprit de leadership. Son rôle sera de trouver les idées pour améliorer ou surpasser les produits / activités qui existent déjà au sein de l’entreprise. La direction tient également un rôle primordial dans l’intrapreneuriat. En effet, elle va devoir faire preuve de bonne volonté pour promouvoir les initiatives des intrapreneurs. Elle va également devoir avoir une très grande capacité à identifier parmi tous les collaborateurs, les intrapreneurs. L’essentiel pour la direction est donc de permettre le développement d’une grande culture l’expérimentation au sein de l’entreprise, car sans cela, les salariés ne pourront pas tester, et voir aboutir leurs projets. Pour aider les intrapreneurs, les dirigeants d’une entreprise vont donc les pousser à :

  • Prendre des risques tout en sachant les évaluer,

  • Accepter les échecs, car chaque projet n’est pas toujours voué à réussir,

  • Inciter les intrapreneurs à savoir rebondir et recommencer encore et encore. 

Selon Seth Godin, entrepreneur de renom américain, auteurs de plusieurs bestsellers concernant le marketing, « Les gens n’ont pas peur d’échouer, ils ont peur du blâme ». De ce fait, il est essentiel pour un bon chef d’entreprise de savoir maîtriser ces 3 points afin d’accompagner au mieux ses intrapreneurs. 

Les objectifs de l’intrapreneuriat

L’intrapreneuriat au sein d’une entreprise touche tout ce qui est nouveaux produits, nouveaux processus et nouvelles activités. Il s’agit donc d’une innovation découverte par un salarié, et qui va être mise à profit au sein de la société. L’intrapreneuriat va donc : 

  • Offrir de meilleures opportunités de développement et d’expansion à une entreprise,

  • Trouver des talents innovateurs au sein même de l’entreprise et les aider à grandir pour l’entreprise et avec l’entreprise,

  • Innover encore plus rapidement et renforcer leur compétitivité envers leurs concurrents et sur le marché,

  • Retenir les talents au service de son entreprise,

  • Faire évoluer de la meilleure des façons la culture d’entreprise,

  • Donner le pouvoir aux salariés créatifs et rigoureux. 

L’intrapreneuriat pour chaque salarié

La motivation des salariés de se lancer dans l’entrepreneuriat est principalement le gain en autonomie, une meilleure situation financière et un épanouissement au travail. Toutefois, beaucoup n’osent pas encore se lancer dans son projet entrepreneurial, car les risques d’échec sont omniprésents. Et lâcher un poste en CDI pour un travail instable n’est pas la meilleure des alternatives. C’est donc là tout l’intérêt de l’intrapreneuriat pour les salariés :

  • Il leur permet de s’épanouir dans leur travail, car s’imposer de nouveaux défis est toujours plus motivant,

  • Il leur permet également d’être reconnus à leur juste valeur et de travailler dans de meilleures conditions,

  • Il leur permet d’atteindre de grands objectifs de carrière et fait appel à leur capacité de leader et de manager. 

Intrapreneuriat et innovation

Depuis ses débuts, l’intrapreneuriat a été défini comme « l’innovation au service des entreprises ». Pour les entreprises, innover est donc essentiel pour pouvoir rester dans la course, mais innover ne suffit pas, car il faut aller vite et dépasser la concurrence. Les grandes entreprises ont donc pris exemple sur les start-ups et leur mode de fonction. Chez ces jeunes entreprises, tout le monde est incité à prendre parole et à exprimer ses idées, car c’est ainsi que les meilleures idées naissent et prennent forme. Pour dénicher les « talents » au sein d’une entreprise, il est essentiel de proposer une écoute attentive auprès de tous. Le brainstorming est aujourd’hui de plus en plus pratiqué pour cette raison principale. Il va inciter tout le monde à s’exprimer, et aussi laisser les innovations germer. C’est également une très bonne manière de donner à tout le monde l’opportunité d’évoluer, car si son idée est bonne, le salarié pourra le développer et tous les mérites lui seront attribués. 

Comme l’innovation dépend de tout un processus créatif, la flexibilité est également demandée aux entreprises. Un environnement favorable à l’innovation est un environnement qui n’impose pas de limite, mais qui va plutôt encourager les prises de risques et les expériences. Cela peut par exemple impliquer un allègement des procédures pour encourager l’autonomie, ou encore la mise en place d’une culture de risque à tous les niveaux au sein de l’entreprise. 

Les avantages de l’intrapreneuriat

Si l’intrapreneur et l’entrepreneur nous renvoient à des concepts bien différents, force est quand même de constater que les deux profils ont pas mal de points communs. Les deux doivent être innovateurs, persévérants, disciplinés, motivés, autonomes, inspirants, passionnés et énergiques dans tout ce qu’ils entreprennent. Si nous avons déjà abordé le sujet d’entrepreneuriat dans plusieurs articles, découvrons maintenant les réels avantages de l’intrapreneuriat. 

Un système gagnant-gagnant 

Il est rare de trouver au sein d’une société un système qui permet aux deux entités (employeur-employé) d’être réellement gagnant-gagnant. L’intrapreneuriat est donc LA solution ou le compromis idéal pour les deux. En effet, avec ce système, les employés seront plus motivés, leur travail sera valorisé, ils se sentiront totalement utiles à l’entreprise, et à sa réussite, etc. En contrepartie, l’entreprise va faire preuve de confiance auprès de ses salariés pour les laisser participer aux projets d’extension, mais elle est aussi gagnante grâce aux idées qui vont immerger.

Garder vos meilleurs atouts

Souvent, les personnes talentueuses auprès d’une entreprise se font très vite approcher par d’autres entreprises concurrentes ou non. Ou sinon, elles prennent conscience de leur capacité, et vont chercher à les développer en se lançant à leur propre compte. Il s’agit donc là d’une grosse perte pour l’entreprise, car non seulement elle va perdre ses meilleurs atouts, mais aussi donner l’opportunité à ses concurrents de prendre de l’avance, ou tout simplement d’avoir un nouveau concurrent. Grâce à l’intrapreneuriat, vos collaborateurs les plus compétents n’auront plus, ni l’envie ni le besoin de « voir ailleurs ». 

Créer sans cesse l’innovation

L’innovation étant le moteur du développement d’une entreprise, grâce aux intrapreneurs qui mettent leurs potentiels et leur savoir-faire au profit de votre entreprise, vous allez pouvoir innover sans cesse.

Diversifier ses activités et stratégies

En encourageant vos collaborateurs à s’exprimer, des idées et stratégies complètement nouvelles pourront voir le jour. En effet, chacun ayant son domaine d’expertise au sein de votre entreprise, la combinaison de toutes ces habilités pourrait réellement donner naissance à quelque chose de nouveau et de jamais vu. 

Motiver vos troupes !

L’intrapreneuriat va également participer grandement dans la motivation à travailler et atteindre les objectifs de chacun de vos employés. Si le bien-être de chaque individu est essentiel pour une excellente productivité, l’intrapreneuriat est une véritable aubaine pour l’entreprise. Productivité est pourtant synonyme de rentabilité, ce qui va donc profiter entièrement à votre société. 

Les limites de l’intrapreneuriat

Qui dit avantages dit automatiquement inconvénients. Voyons alors ensemble de quoi il en retourne. Actuellement, 63 % des entreprises françaises déclarent ne pas proposer de projet entrepreneurial à leurs salariés. En effet, l’intrapreneuriat expose l’entreprise à plusieurs risques comme : 

  • Risques financiers : laisser les salariés expérimenter de nouvelles idées, ou de nouveaux produits implique aussi leur attribuer un budget spécial à cette activité. Seulement cette activité / innovation possède des risques de ne pas aboutir.

  • Pas le temps : beaucoup d’entreprises n’ont pas forcément le temps nécessaire à laisser ses employés s’adonner à d’autres activités que les missions qui leur sont déjà attribuées. Chacun doit se consacrer à ses tâches afin d’assurer la productivité, ce qui ne laisse aucune place à l’imprévu, à la création et à l’impulsivité, qui sont pourtant des éléments importants dans le processus d’innovation. 

  • La peur de l’échec : comme pour chaque entrepreneur, l’intrapreneur prend également le risque d’échouer. Seulement, si l’entrepreneur échoue, il va en subir les conséquences et il va devoir les assumer tout seul (d’où la réticence de beaucoup pour se lancer), si l’intrapreneur échoue, l’entreprise va devoir en subir toutes les conséquences. 

  • La nécessité de prendre des précautions : pour être totalement efficace et productif, il est utile de laisser l’intrapreneur libre de ses actions. Pourtant au sein d’une entreprise, prendre ses précautions et cadrer les collaborateurs est essentiel, ce qui représente donc un frein dans les projets intrapreneuriaux de chaque société.