Devenir entrepreneur indépendant : nos conseils

Devenir son propre patron, tout le monde en rêve, mais malheureusement peu osent se lancer. Pourtant, devenir entrepreneur indépendant est synonyme de liberté, et aussi de réussite. Alors, pourquoi ne pas vous lancer ? Si tant de personnes ont réussi alors pourquoi pas vous ? Si l’aventure vous intéresse, dans cet article, nous vous prodiguons donc tous les conseils utiles pour devenir travailleur indépendant. 

Travailleur indépendant : Quésaco ? 

Un travailleur indépendant est tout simplement un individu, homme ou femme, qui travaille à son propre compte. Son activité est donc tout naturellement une activité économique. En tant qu’indépendant ou autonome, il bénéficie de conditions tout à fait différentes de celles d’un salarié. Un travailleur indépendant n’est attaché à aucune société, aucun patron ou autre supérieur hiérarchique, et n’a de compte à rendre à aucune autre entité que le sien. Il travaille à son rythme et sous ses propres conditions, voilà justement la définition de la liberté, abordée plus haut dans notre article. 

Quelles activités exerce un travailleur indépendant

Actuellement, le statut du travailleur indépendant englobe plusieurs types de métiers. D’après un rapport du HCFiPS ou Haut Conseil pour le financement de la protection sociale, plus de 2,8 millions de français sont actuellement à leur propre compte. Nous pouvons citer par exemple tous les métiers qui se pratiquent en Freelance (rédacteur web indépendant, développeur web en freelance, assistante virtuelle, etc.), les électriciens, plombiers, ou encore chauffagistes indépendants, les infirmières libérales, les commerçants, les boulangers, les coiffeurs, etc. Toutes ces activités peuvent cependant être regroupées en 4 secteurs bien définis : 

  • Les chefs d’entreprise de construction, d’industrie ou encore de transports, 

  • Les agriculteurs,

  • Les commerçants et services de proximité,

  • Les travailleurs libéraux ou assimilés. 

Travailleur indépendant = entrepreneur = chef d’entreprise 

Aux yeux de la loi, tout travailleur autonome est un chef d’entreprise.  Les statuts juridiques que peuvent choisir des indépendants sont donc vraiment nombreux. De ce fait, il peut tout naturellement s’agir, soit, d’un chef d’entreprise ayant un statut de SARL, EURL, SAS, SA, etc.), soit d’un entrepreneur individuel (autoentrepreneur ou autre). Le principal est de choisir en fonction de celui qui correspond le plus à votre entreprise et ses activités. Pour vous aider à choisir, nous reviendrons sur le sujet plus tard dans notre dossier. 

Pourquoi devenir travailleur indépendant ? 

Opter pour un travail en indépendant est un vrai choix de vie. Si beaucoup préfèrent miser sur la stabilité qu’offre un emploi en CDI en tant que salarié et évoluer dans une société qui assure un revenu mensuel fixe, d’autres préfèrent prendre le risque et casser la routine et de viser plus haut. Si vous aussi, vous désirez sauter le pas, mais avez encore du mal à sortir de votre zone de confort, découvrez alors tous les avantages du travailleur indépendant. 

  • La liberté : C’est la troisième fois qu’on en parle dans notre article, mais ce mot a réellement son importance auprès des travailleurs autonomes. Fini les journées de folies à courir pour arriver au bureau, et pour rentrer le soir. En effet, un travailleur indépendant est libre : libre de ses horaires, libre de travailler n’importe où, libre de son organisation, libre de fixer ses propres objectifs, etc.

  • Un meilleur équilibre de vie : souvent, trouver un bon équilibre entre le domaine professionnel et le domaine personnel est un vrai défi. Les deux mondes ne sont pas conciliables, sauf pour le travailleur indépendant. En ayant plus de flexibilité, il va pouvoir gérer selon ses priorités son travail, sans délaisser sa vie de famille ! Congé sans solde, vacances improvisées, ou journée de travail en weekend, tout est permis. 

  • La chance de pouvoir vivre de sa passion : il n’est pas rare de rencontrer dans le monde professionnel, des personnes talentueuses qui ont laissé leur rêve de côté pour se focaliser sur une carrière qui promet une certaine « stabilité financière ». Cependant, se lancer en tant que travailleur indépendant est la chance pour ses personnes de pouvoir vivre de leur passion, et exercer le vrai métier de leur rêve. 

  • Gagner plus : En travaillant pour « quelqu’un », le vrai bénéfice et les vrais rendements de votre travail vont être empochés par cet individu ou cette société. En créant votre entreprise, l’argent que vous auriez gagné est seulement pour vous et vous seul. Cela peut être une grande source de motivation ! 

Comment devenir travailleur autonome ou indépendant ? 

Vous avez l’entrepreneuriat dans l’âme et désirez depuis longtemps vous lancer ? Sachez alors qu’aujourd’hui est le bon moment ! Voici les étapes pour devenir travailleur indépendant :

  1. Évaluez votre projet

Vous avez un projet en tête et vous êtes certain qu’il va réussir ? Avant de vous lancer, il est quand même préférable de faire le point sur le vrai potentiel de votre activité. Se lancer à son propre compte est un choix risqué, il faut le savoir ! De ce fait, mettez toutes les chances de votre côté. Commencez alors par rédiger votre business plan, et réalisez toutes les analyses de faisabilité y afférents (faisabilité technique, matérielle, temporelle, et même financière). Étudiez également le marché dans lequel vous allez vous lancer, et voyez qui sont vos concurrents, comment ils évoluent, quels problèmes ils rencontrent, mais surtout : qu’est-ce que vous allez apporter de plus qu’eux ? 

  1. Trouvez comment financer votre projet 

Après une étude financière de votre projet, si vous avez les ressources nécessaires pour le mener jusqu’à son terme, et bien c’est parfait ! Seulement, il est rare que cela soit possible. Alors, vous devez trouver comment et où dénicher l’argent qui va financer l’ensemble de votre activité jusqu’à ce qu’elle soit rentable. Alors, commencez par étudier votre stratégie. Allez vous vous en remettre aux institutions financières pour des emprunts, ou vous lancer dans une campagne de crowdfunding, ou tout simplement trouver des investisseurs et associés.

  1. Trouvez votre statut idéal 

Comme mentionné plus haut, plusieurs statuts juridiques s’offrent aux entrepreneurs et travailleurs autonomes, mais choisissez en fonction de vos besoins : 

  • La microentreprise : cette option est la mieux adaptée pour les travailleurs en solo. Elle bénéficie de formalités de création simplifiée, et votre entreprise sera créée en quelques minutes seulement. Cependant, avec ce statut, vous allez être plafonné à un revenu de 70 000 € de CA annuel en tant que prestataires de services, et 170 000 € de CA annuel en tant qu’activité de commerce. 

  • L’EIRL : ce statut est adapté à ceux qui préfèrent miser sur la sûreté. En effet, c’est le meilleur moyen pour protéger et séparer vos patrimoines personnels et professionnels, grâce à la création d’un patrimoine d’affectation. Cependant, avec ce statut, vous allez devoir être plus à cheval sur les questions de comptabilité, car chaque année, vous allez devoir présenter vos comptes selon deux régimes d’imposition (impôt et impôt sur revenu). 

  • L’EURL : il s’agit d’une variante de l’entreprise individuelle, et d’un dérivé de la SARL. Plus simplement, il vous fait jouir des avantages du statut de travailleur non-salarié ou TNS, mais dépend du Régime Social des Indépendants ou RSI. 

  • La SASU : le principal objectif de la SASU est qu’elle vous permet de vous organiser avec plus de souplesse, et de flexibilité. Cependant, elle vous impose plusieurs contraintes en retour. En effet, même pour l’ouverture de votre entreprise SASU, vous allez devoir passer par des experts, et vos cotisations seront un peu plus élevées que pour les autres statuts. 

  • Le portage salarial : ce dernier statut est l’idéal si vous voulez avoir le meilleur des deux mondes. Choisir le portage salarial vous permet de continuer à bénéficier de votre statut de salarié, tout en vous laissant jouir des avantages du travail autonome. Vous serez également accompagné étape par étape dans votre activité, contre une commission prélevée sur votre CA annuel. 

  1. Créez votre entreprise 

Une fois le choix de votre statut effectué, il est maintenant temps de sauter le pas !  Sachez alors que les formalités d’ouverture d’entreprise dépendent du statut que vous aurez choisi. Créer votre société va nécessiter la rédaction des statuts, mais aussi de plusieurs paperasseries, dont l’immatriculation au RCS ou Régime du Commerce et des Sociétés. Vous devez vous renseigner préalablement, car certains statuts réclament des accompagnements spécifiques. 

Quel salaire touchent les entrepreneurs indépendants ? 

Il s’agit de la question à 1 million d’euros ! Toutefois, il est important de souligner que souvent, un entrepreneur indépendant ne perçoit pas de salaire fixe. On parle donc de revenu d’activité ou de chiffre d’affaires. Les derniers rapports effectués à sujet ne sont malheureusement pas très récents, car ils datent de 2016. Les choses ayant donc pu évoluer depuis, nous tenons quand même à vous donner quelques chiffres à titre indicatif. Le travailleur indépendant touche en moyenne 3.440 € par mois. Ce revenu varie cependant pour chaque secteur d’activité. Par exemple, le secteur des services aux particuliers ne va toucher qu’une moyenne de 1 590 € mensuel. Un coiffeur va toucher en moyenne 1 400 €, tandis que les services aux entreprises perçoivent 4 510 € par mois. Ceux qui travaillent dans le secteur de la santé touchent en moyenne 5 510 €. Le secteur des indépendants de la finance et de l’assurance est tout aussi rémunérateur, car en moyenne on y gagne 5 750 € par mois. Enfin, les juristes et les comptables, eux, sont gratifiés d’une belle somme de 8 060 € par mois en général. 

Ces revenus sont calculés une fois que toutes les charges déduites de leurs revenus et CA. Force est donc de constater que les travailleurs indépendants touchent beaucoup plus que les salariés, même si eux aussi touchent des salaires tout à fait inégaux selon le secteur. L’écart s’explique souvent par la différence des conditions de travail, les années d’études effectuées, les responsabilités et aussi les charges de travail de chacun.

Les initiatives des entrepreneurs indépendants encouragées par l’État 

Sachez alors qu’en France, l’État encourage réellement les entrepreneurs et autoentrepreneurs. Par exemple, pour créer votre société, vous pouvez bénéficier de plusieurs types d’aides. Commencez donc par vous renseigner sur toutes les aides possibles dont vous pouvez bénéficier. Parfois, en tant qu’entrepreneur, vous pouvez quand même toucher aux indemnités de chômage, à une exonération d’impôt sous condition, à la facilitation des formalités et conditions d’ouverture d’entreprise, etc. L’ACRE ou Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise (qui est d’ailleurs, est le programme d’aide qui remplace l’ACCRE depuis le 1er janvier 2019), permet à tout entrepreneur sans distinction, d’être exonéré de cotisations sociales durant les premiers 12 mois d’activité. Vous bénéficiez également d’un accompagnement par des experts durant vos procédures de création d’entreprises. 

Toujours pas décidé ? 

Il est vrai que quitter le statut de salarié peut être déstabilisant et incertain. En effet, il s’agit de changer de vie et de prendre le risque d’échouer. Cependant, sachez que vous pouvez bénéficier en tant que salarié d’une option de congé qui va vous laisser le temps de vous lancer dans votre activité et créer votre entreprise. Ce congé peut alors durer jusqu’à deux ans, c’est-à-dire un an renouvelable deux fois. Cela va vous permettre d’essayer de vous lancer et si jamais votre projet n’aboutit pas, vous allez pouvoir reprendre votre activité de salarié. 

Nos conseils 

Nous ne pouvons certainement pas finir ce dossier sans vous prodiguer nos derniers conseils pour assurer votre réussite en tant qu’entrepreneurs indépendants. Pour vous aider, voici alors nos derniers conseils : 

  1. Trouvez un secteur porteur : il est important de trouver un secteur en plein essor pour être certain de réussir, et arriver à vos fins. Sachez qu’actuellement, le domaine de l’IT et du web est un domaine toujours en croissance, avec beaucoup de débouchés et de possibilités. 

  2. Le réseautage : en tant qu’indépendant, monter et entretenir votre réseau est essentiel. Cela vous ouvre les portes quand c’est nécessaire, et ces personnes peuvent être de véritables ressources pour vous aider à monter votre projet. 

  3. Faites avec les moyens du bord : n’attendez pas d’avoir les moyens pour vous lancer. Sachez qu’il y a toujours une alternative et une solution à tout ! Si vous n’arrivez pas à gérer, vous pouvez même sous-traiter et vous faire aider par des personnes compétentes. 

  4. Lancez-vous ! Votre activité ne démarrera pas si vous ne vous lancez pas. Certes, il n’y a pas de meilleur moment, mais ne remettez plus votre réussite à plus tard.